Relance de l’économie des pays africains frappés par la pandémie du Covid-19 ?

En décembre 2019 la pandémie du Covid-19 est survenue en Chine et a eu de répercussions dans tous les secteurs d’activités à l’échelle mondiale. L’Afrique qui était déjà affaiblie par sa situation économique de plusieurs pays s’est vu sa situation financière aggravée. Il est question dans cet article sur la relance de l’économie des pays africains.

Le Covid-19, un handicap au développement économique du continent noir

Toutes les échelles ont été touchées par la crise sanitaire dont l’origine est totalement indépendante des pays africains. Plusieurs entreprises ayant connu la faillite ont procédé à des licenciements massifs de leurs employés. Le taux de chômage a considérablement augmenté. Le panier de la ménagère ressent les effets de la hausse des prix des produits de première nécessité. Le confinement a eu pour corollaire le blocage des activités économiques. L’agriculture de subsistance, dont vivent plusieurs familles sur le continent a connu un arrêt. L’organisation des compétitions sportives, des salons d’innovation, du tourisme, de la promotion de la culture des peuples par des visites guidées dans les musées et sites touristiques qui attiraient un grand nombre de visites est stoppée.

En quoi consisteraient les nouveaux plans de relance économique ?

Les artisans qui sont contraints à l’arrêt de leurs activités devront bénéficier d’aide financière à titre de compensation. Le secteur agricole devra à nouveau, être doté d’outils (aide financière et matérielle) pour sa relance. Les filières agro-industrielles telles que le coton et le cacao doivent bénéficier d’aides publiques de la part des bailleurs de fonds. Le secteur du tourisme qui emploie des milliers d’Africains, car implique agence de voyages, agence de tourisme, hôtels et restaurants... est même relancé dans certains pays comme le Rwanda. L’éducation doit quant à elle être dotée de fonds pour la construction des salles de classe équipées, de matériels scolaires. Les gouvernants devront se hâter à ériger de nouveaux centres de santé équipés.