Les solutions au terrorisme en Afrique de l’Ouest.

La sécurité des personnes et des biens est source de quiétude et de développement durable. Mais depuis des années l’Afrique occidentale est confrontée aux exactions de groupes terroristes en occurrence « Boko Haram » basé au Nigeria. Que savoir de cette secte du radicalisme ? Qu’elles sont les approches de solutions pour réduire leurs exactions ? Les éléments de réponses à travers cet article.

Que savoir du groupe de radicalisme Boko Haram ?

« L’éducation de l’Occident est un péché » telle est la traduction littérale du nom de cette secte. Dirigée par Abubakar Shakau et ayant pour base la forêt de Sambisa au Nigeria, elle commet régulièrement de graves crimes. En effet elle fût auparavant un groupuscule de jeunes gens mécontents de l’inégale répartition des richesses entre le Nord et le Sud au Nigeria. Ce groupe s’est ensuite radicalisé puis constitue un véritable os dans la gorge des populations du nord Nigeria (surtout) et des autorités locales. Le 03 mars 2015 il proclama son serment d’allégeance au redouble groupe « État islamique » basé en Irak. Maiduguri est la zone où Boko Haram frappe beaucoup. En outre l’enlèvement de 276 filles à Chibok au Nigeria a mis en alerte le monde entier.

Quelles mesures prendre pour réduire les exactions commises par ce groupe ?

Le groupe Boko Haram commet des attentats et des exactions non seulement au Nigeria, mais également au Burkina Faso, au Cameroun voisin, au Niger puis au Tchad. Une force ouest-africaine est une alternative pour dissoudre ce groupe : si la solution armée est préférée. Cela ne va-t-il pas amplifier les crimes qu’il commet ? Des assises nationales peuvent être envisagées entre les dirigeants nigérians et les devanciers de la secte islamiste. D’où proviennent les armes dont disposent ces terroristes ? Comment circulent ces armes jusqu’à destination ? Qui finance ces terroristes ? Trouver des réponses à ces pertinentes interrogations permettra sans doute de stopper les crimes commis par Boko Haram.